433 – Les araignées

Dès que je bouge les yeux elles sont là. Elles apparaissent partout, multitude grouillant sur toutes les surfaces, sur les gens, sur mes bras, sur mes jambes, sur mes doigts, dans mes draps. Elles sont là et agitent leurs corps terrifiants pour se mouvoir.

Elles.
Les araignées.

 
Au début j’ai cru que c’étaient des taches. De simples taches dans mon champ de vision. Pour l’œil non entraîné elles en sont c’est sûr, mais ce n’est pas la vérité. Ce ne sont pas des taches. Ce sont des araignées.

Des araignées noires aux pattes bien visibles, qui s’empressent de tout recouvrir.

 
J’ai commencé à les voir il y a plusieurs mois, désormais. Au début il y en avait une ou deux à la fois, jamais plus ; maintenant c’est toujours une multitude qui se montre, une foule arachnéenne qui occupe l’espace. On me dit qu’elles ne sont pas réelles. Que c’est dans ma tête. Que j’hallucine.

Chaque matin je me réveille pourtant en sang, les bras raclés à force d’avoir gratté leurs piqûres qui m’agressent – je préfère m’arracher la peau plutôt que de ressentir leur brûlure une seconde de plus.

 
Pour ne pas les voir je reste immobile. Le plus possible. Elles sont cachées tant que mes yeux ne bougent pas, tant que je suis concentré sur un seul et unique point. La moindre distraction les fait ressurgir et me pousse vers la panique ; la seule solution est alors de fermer mes paupières, de les clore si fort que j’en ai mal à la tête et qu’il ne reste plus que ça, ces muscles pressés l’un contre l’autre, ces cils fermés hermétiquement qui concentrent tous mes membres et accaparent tous mes nerfs pour m’empêcher de sentir la masse fourmillante qui s’est animée autour de moi.

Autour, dans le meilleur des cas.

 
J’ai peur qu’un jour l’une d’entre elles passe au travers. Qu’elle parvienne à mettre en défaut mon système de protection. J’ai peur qu’une s’infiltre dans mon corps, dans ma bouche ouverte, ou vienne s’incruster dans ma rétine. J’ai peur de ne plus avoir d’autre choix que de les voir, et de ne jamais pouvoir m’en débarrasser. Aujourd’hui j’ai cette liberté. Je suis toujours capable de les repousser.

Je peux me préserver des araignées, oui. J’y arrive encore. Mais pour combien de temps ?

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s